Dans le cadre du projet Vetfuturs France qui a pour objectif de préparer le futur de la profession de vétérinaire à la lumière des changements humains, sociaux, économiques, techniques et scientifiques qui impactent ou impacteront l’exercice quotidien en fixant des objectifs précis, mesurables, réalistes et acceptables pour les 15 ans à venir, le groupe de travail « Vétérinaire et société » a identifié cinq sujets sur lesquels il va travailler :

  • Le bien-être animal
  • L’éthique
  • La biodiversité
  • L’image et la perception de la profession vétérinaire
  • La santé publique

Ces cinq sujets sont soit des enjeux de société, soit des enjeux forts pour la profession vétérinaire, et ils ont fait l’objet d’une réflexion afin d’en définir les composantes.

Le bien-être animal : cela regroupe les thématiques du statut de l’animal ; des mouvements vegan, abolitionnistes, utilitaristes, … ; et les relations avec la protection animale.

L’éthique : ce sujet regroupe les thématiques de la bioéthique, du clonage, de la génétique, du statut de l’animal, de l’expérimentation animale.

La biodiversité : cela regroupe les thématiques de la protection de l’environnement, du développement durable, des insectes comme source de protéines, de l’aquaculture.

L’ambition pour ces trois sujets est que les vétérinaires soient considérés dans la société comme une force de premier plan pour la santé et le bien-être animal ainsi que la biodiversité, et que cette expertise soit reconnue (gouvernement, public, parties prenantes).

L’image et la perception de la profession vétérinaire : ce sujet regroupe les thématiques des services attendus (permanence des soins, prix, médecines alternatives, assurances) ; une seule santé ; les leaders vétérinaires, les vétérinaires élus, les porte-parole de la profession vétérinaire ; l’image des vétérinaires dans les médias ; les réseaux ; faire connaître les métiers de vétérinaires, et la promotion de l’image de la profession.

La santé publique : cela regroupe les thématiques « Une seule santé » et la remise en question des intrants.

L’ambition pour ces deux sujets est que les métiers vétérinaires soient connus et compris par la société, que l’expertise scientifique soit reconnue, que l’image des vétérinaires soit bonne, d’accroître la collaboration entre les professionnels de santé humaine et de santé vétérinaire et les organisations environnementales, en ligne avec le concept « une seule santé », et de développer la prochaine génération de dirigeants de la profession.

Les parties prenantes qui seront mises à contribution : vétérinaires, étudiants, personnel non vétérinaire, Ordre, syndicats, ministère de l’agriculture, organisations techniques vétérinaires, ENV, clients, associations de consommateurs, organismes agricoles, associations de protection animale, médias.